Valigny dans la Grande Guerre de 1914 à 1922

Valigny dans la Grande Guerre - De 1914 à… 1922 ?

Valigny dans la Grande Guerre de 1914 à 1922 ?

Le centenaire

Voilà cent ans, on nous le répète à l’envi. C’est donc céder un peu à une mode que d’organiser une telle exposition à Valigny. Autant ne pas faire comme tout le monde…

Essayons de voir les choses « de l’arrière », le plus loin possible du front, dans ce Bourbonnais où l’on a vécu « des siècles de paix », loin des champs de bataille et des envahisseurs

Valigny pendant la Grande Guerre - Adèle Parnière - Déclaration de guerre
Valigny pendant la Grande Guerre - Ordre de route 1915
Valigny pendant la Grande Guerre - Madelon
Valigny pendant la Grande Guerre - Rosalie
Valigny pendant la Grande Guerre - Verdun on ne passe pas

Ici, à Valigny

On parlera dans cette exposition surtout des gens, de leur vie, de leur mort parfois. Et donc finalement peu des batailles, des fronts, des offensives. La liste des noms gravés sur le monument aux morts n’est que la partie émergée d’un iceberg de souffrances : des fratries brisées, un beau-frère qui ne reviendra pas, un père et un fils sous le même uniforme, des hameaux durement touchés…

La Grande Guerre fut longue

À Valigny, la guerre ne s’est pas arrêtée le 11 novembre 1918, savez-vous ? La démobilisation n’est effective que début 1919, le monument aux morts est inauguré en 1920, les dépouilles des martyrs ne reviennent qu’en 1921… Et l’enterrement du fils de l’instituteur, décédé de ses blessures de guerre en 1922, émeut la commune. Nous pourrions encore aller plus loin, avec les souffrances des chairs : en 1924, 21 valignois sont déclarés blessés de guerre.

Combien sont-ils ?

Combien de valignois ont-ils été entraînés, blessés, tués dans cette folie mondiale ? Nés ici, ou venus en nos murs au gré d’un métayage, l’envie de les compter est forte, avec la crainte d’en oublier entre les pages d’un registre.

Nous ne sommes certainement pas exhaustifs dans nos recherches : d’une famille à l’autre, les souvenirs n’ont pas la même précision, les photos et livrets militaires ont parfois été égarés. Et nous espérons bien apprendre encore anecdotes, grands et petits événements du Valigny de la Grande Guerre durant cette exposition.

En mettant bout à bout ces petits morceaux d’histoire, nous espérons dessiner ici l’environnement familial du « soldat anonyme » de Valigny, parent avec tous, regretté de tous.

Des chansons…

On trouvera aussi, entre les photographies, arbres généalogiques, documents et objets… des chansons. Fragiles feuilles portant les mots d’hier, expression de l’envie de revanche, du patriotisme, de l’humour troupier, du désespoir et de la révolte, elles racontent elles aussi ces années de combat et de souffrance.

Et en France, tout finit par des chansons, non ?

C’était pour partir à la guerre

C’était pour finir à la guerre

Aux ordres de quelque sabreur

Qui exigeait du bout des lèvres

Qu’ils aillent ouvrir au champ d’horreur

Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître

Et ils mouraient à pleine peur […]

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

 

Jaurès, Jacques Brel.

 

Note :

Les documents présentés dans ces pages afférentes à la Grande Guerre à Valigny, sont le résultat d’un travail de recherche du Foyer Rural de Valigny et plus particulièrement de Jean-François Heintzen que nous remercions chaleureusement. Ils ont été présentés au public lors de l’exposition qui eut lieu à Valigny du 16 au 18 juin 2017.

Pour zoomer les documents, cliquez dessus.

Pour accéder à la suite de l’histoire de Valigny pendant la Grande Guerre, cliquez sur les chapitres présents ci-dessous.

Remerciements

Le Foyer Rural de Valigny-le-Monial remercie tous ceux qui ont aidé à la réalisation de cette exposition, par l’accueil réservé à nos démarches, par la communication d’archives familiales ou personnelles, par le prêt d’objets et de matériel, par des « coups de main » toujours utiles.

En particulier, nous sommes reconnaissants M. Jean-Marc Karpp, dont la recherche pionnière sur les « Morts pour la France » de Valigny a servi de base à nos travaux.

Nous mentionnerons également :

 

Textes et constitution des collections de documents : Jean-François HEINTZEN

Mise en page et mise en ligne : Francis LEBLANC