Première réunion de la commission environnement

Dernière mise à jour le 7 juin 2021 par Mairie Valigny

En matière d'environnement, les collectivités se doivent d'être exemplaires.

Première réunion de la commission environnement

Préambule :  Le bilan présenté ci-après n’est aucunement exhaustif. Ce n’est qu’une première approche, suite à cette première réunion. Cette entrée en matière doit servir de base de réflexion pour les prochaines réunions et doit être enrichie au fur et à mesure des idées apportées par chacun.

Rappel : dans le PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) prévu par la communauté de communes du Pays de Tronçais, la première action est : « les collectivités se doivent d’être exemplaires ». C’est cette phrase que nous devons garder à l’esprit à Valigny, lors de toutes les réflexions afférentes à l’environnement.

L a première réunion de la commission environnement a eu lieu le 30 avril 2021. L’objet de cet article est de retracer sans rentrer dans les détails, les points majeurs abordés au cours de cette réunion. Lorsque les conditions sanitaires le permettront, une réunion citoyenne sur le thème de l’environnement sera programmée.

I-Bilan sur l’état de l’environnement dans la commune

1-Bilan concernant les bâtiments et aménagements publics sur la commune

Bâtiments et aménagements publics aux normes et en cohérence avec le PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial)

  • École : isolation thermique refaite en 2018 dans le cadre des travaux d’amélioration et de mise aux normes, financés par la Communauté de Communes.
  • Espace socio-culturel : construction récente et donc aux normes d’isolation thermique RT 2012.
  • Énergie renouvelable : toiture arrière sud de l’espace socio-culturel recouverte de panneaux solaires dégageant une puissance de 9 KW, soit environ une production équivalente d’environ 10 MW par an (l’équivalent de la consommation annuelle de quatre foyers hors chauffage).
  • Chaufferie au bois : mise en fonction en septembre 2019 en collaboration avec le SDE 03, qui alimente la mairie, l’école et l’espace socio-culturel. Cette chaufferie en plus d’utiliser un carburant en circuit court, permet d’éviter l’utilisation de 10 Tonnes/équivalent d’énergies fossiles/an ainsi que l’émission de 30 Tonnes/équivalent de CO2/an (soit environ trente allers-retours Paris-New York en avion pour une personne).

Bâtiments publics/autre à rénover/modifier pour être aux normes :

  • Mairie: déjà prise en compte ; les aménagements vont se mettre en place progressivement entre fin 2021 et début 2022. Gain énergétique prévu après travaux par rapport à la situation actuelle d’environ 52 %.
  • Logements route des Sablons: travaux d’isolation partiels et anciens (années 2007-2008), chauffage électrique ; La commission des bâtiments évaluera l’état de ces logements afin d’en faire un bilan énergétique sommaire.
  • Logement loué à Sylvie et Éric Amizet, route de Bessais: travaux à prévoir ; peu ou pas d’isolation thermique et chauffage électrique. Un bilan sommaire sera fait, au cours d’une visite effectuée par la commission des bâtiments.
  • Véhicule communal: diesel, il consomme beaucoup pour faire essentiellement que des petits trajets de moins de 2 km. Encore récent (acheté neuf il y a 6 ans mais seulement 30.000 km au compteur), il serait opportun de le remplacer par une voiture tout électrique, parfaitement adaptée à ce genre d’usage trajets courts) avec le même équipement, les aides de l’Etat étant importantes actuellement. Une étude financière est en cours.

2- Bilan concernant les bâtiments privés sur la commune

Des aides à l’isolation et à la mise aux normes des bâtiments privés sont mises en place par la Communauté de communes du Pays de Tronçais et l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat). Malheureusement, l’une comme l’autre est très peu sollicitée. Un nouveau service va donc être mis en place prochainement à l’échelle du département : le SPPEH (Service Publique de la Performance Energétique de l’Habitat). Il proposera un portail d’accès unique pour tout particulier désirant engager des travaux de rénovation énergétique. Des outils internet et/ou numéro de téléphone vert seront mis en place pour simplifier les démarches et ainsi faciliter l’accès à ces aides pour tout foyer, quelque soient ses conditions de ressources. La municipalité ainsi que la Communauté de Communes relayeront les informations lors de la mise en place du SPPEH (Service Public de la Performance Energétique).

3-Bilan sur la qualité des eaux de Goule

Rappel : Goule est un ENS (Espace Naturel Sensible) et Valigny possède 59 % de son bassin versant (secteur d’où viennent les rus/ruisseaux qui alimentent l’étang).

Depuis plusieurs années, la prolifération de cyanobactéries oblige la fermeture de la base nautique en été. Des analyses effectuées récemment aux points d’arrivée des ruisseaux dans l’étang montrent des taux élevés de phosphates, en partie dus au piétinement des bovins dans les ruisseaux en amont de l’étang et au positionnement de certains dépôts de fumier. Un bureau d’études, diligenté par le département du Cher, viendra voir chaque agriculteur concerné courant mai, afin de réaliser un bilan pour, à terme, tenter d’améliorer la situation. En parallèle sont menées des études sur le curage de l’étang (le dernier remonte à 1987), ainsi que sur la mise en place d’îlots de végétation au pouvoir captif de certains polluants et au pouvoir filtrant.

II-Recensement des actions envisageables

1-A brève échéance :

  • Distribuer à chaque foyer, en même temps qu’un bulletin trimestriel par exemple, un autocollant « Stop-pub », à coller sur la boîte à lettres, pour limiter le gaspillage de papier. Chaque foyer agira à sa guise. Cette action peut être financée par la commune (environ 250 €). Pour rappel, ces publicités non voulues représentent au niveau national environ 30 Kg de papier par habitant et par an, tous âges confondus, et qui pour une grande partie vont directement « engraisser » nos poubelles jaunes.
  • Proposer une demi-journée « Nettoyons la nature » aux enfants de l’école primaire.
  • Proposer à ces mêmes enfants des plantations (haies, arbustes …) sur des lieux comme le parc, le long de la départementale de Bessais, ou l’aire de pique-nique sur la route d’Ainay.
  • Envoyer un questionnaire aux habitants qui pourraient proposer leurs idées ou souhaits concernant l’environnement à Valigny.
  • Embellissement du bourg (fleurissement, aménagements divers) pour créer un environnement favorable à la qualité de vie des habitants et à l’accueil des touristes. Cela permettrait d’inscrire la commune au label « Villes et villages fleuris » à plus ou moins long terme.

2-A plus longue échéance :

  • Dans le cadre de la mobilité douce, et afin de privilégier lorsque possible, la marche et le vélo autour du bourg, aménagement d’un chemin sécurisé et « voie partagée » entre la sortie de Valigny, route de Bessais et le 1er pont de Goule ; déjà acté. Les travaux devraient être réalisés en 2021.
  • Dans le même esprit, un aménagement « voie partagée », route d’Ainay, pourrait être mis en place depuis le panneau « 70 » jusqu’aux trottoirs existants, afin de favoriser le déplacement des riverains « sans utiliser la voiture » au centre-bourg. Un questionnaire aux populations concernées pourrait être très utile.
  • Mise à disposition par la mairie de vélos, classiques ou à assistance électrique, afin de découvrir les nombreux chemins de balade des alentours (forêt, canal de Berry …) et développer le tourisme vert. Cela permettrait aussi de rendre au vélo son usage comme mobilité douce, en substitution pour les petits parcours, à la voiture, tout en participant à la pratique d’un sport.

3-A réfléchir :

  • Méthanisation : comme exemple, 3 projets de centrales, à Saint-Caprais, Vallon en Sully, et Marcillat en Combraille sont en cours d’étude (Il en existe une en fonctionnement sur Cérilly, et une en cours de construction sur l’Etelon). Pour qu’un projet soit viable sur la commune, il faudrait un regroupement d’agriculteurs comme par exemple sur Marcillat (6 exploitants sur 1500 ha). Les centrales doivent être justement dimensionnées pour éviter le paradoxe de transports longues distances de fourrage ou de cultures dédiées à l’alimentation de la centrale. Cette activité avec apport de revenu supplémentaire pour les agriculteurs, ne doit pas se faire en substitution de leur vocation primaire, mais plutôt comme un complément d’activité.
  • Photovoltaïque au sol avec moutons dessous (agrivoltaïsme). Projet difficilement réalisable car la chambre d’agriculture n’y est pas toujours favorable en fonction de la qualité des parcelles mobilisées (détournement temporaire de leur usage primaire des terres agricoles) et sur la commune il n’y a pas de terrain délaissé qui pourrait être rapidement mobilisé pour un projet de ce type.

Toutes les idées sont les bienvenues.

 

Mise en ligne : Francis Leblanc
Crédit texte : Commission environnement de Valigny