Les carrières à chaux du Plaid

Localisation:

Les carrières du Plaid (anciennement Plaix) sont situées à la corne nord-ouest de la commune, en limite du département du Cher. Elles s’étalaient sur environ 6,8 hectares répartis de part et d’autre de la route départementale D14, en limite du hameau du Plaid sur leur façade ouest.

Géologie:

Nous sommes à la limite des plateaux calcaires du bas Berry et des sols granitiques de l’Auvergne. Les carrières présentaient des veines massives et épaisses de calcaire encore bien visibles sur le côté est de la D14, là où les carrières sont restées en l’état depuis leur cessation d’activité. Les couches étaient en affleurement très proche de la surface du sol, et on retrouve d’ailleurs ces affleurements en contrebas des carrières à l’est au bord de l’étang de Goule qui les mets bien en évidence.

Exploitation des carrières:

Les Carrières à chaux du Plaid étaient exploitées sans droit particulier depuis longtemps pour fabriquer bacs, mortiers et « bassies » vendus dans toute la région. Mais c’est en 1816 que la commune qui en était propriétaire, décida de les exploiter industriellement par l’intermédiaire de fermages mis en adjudication. La famille Gominet cessa son exploitation en 1954, Emile Foultier en 1966. Le dernier adjudicataire, B. Villers, demanda la résiliation de son bail en 1971. Durant ce siècle et demi, les carrières employèrent jusqu’à une quinzaine de personnes en tant que carriers, tailleurs de pierres et chaufourniers sans compter les voituriers et charretiers qui se chargeaient du transport. Ces métiers étaient très durs physiquement et leur pénibilité dans l’échelle évoquée récemment par les partenaires sociaux aurait sans doute été à son sommet ! Ils consistaient essentiellement à produire de la pierre pour la construction et de la chaux pour l’agriculture. Un seul des trois (ou 4 ?) fours à chaux alors en exploitation est toujours visible et en bon état au 2, Chemin du Four à Chaux. On peut même le visiter en prenant rendez-vous avec les propriétaires.

 

Les carrières de nos jours:

Comme dit précédemment, l’activité des carrières cessa définitivement en 1971. Les engrais chimiques et la prédominance du ciment comme matériau de construction limitèrent les débouchés de la chaux ce qui rendit l’exploitation de nos carrières non rentable.

La partie située à l’ouest de la D14 servit alors de décharge communale et donc partiellement remblayée. Elle fut réhabilitée lors de l’ouverture des déchetteries  de Cérilly et d’Ainay-le-Chateau, et une pépinière d’arbres y fut plantée. De l’autre côté de la route, les carrières du Plaid, sont longtemps restées à l’abandon. Une végétation spontanée s’est développée. La carrière a l’apparence d’une ruine-décor de cinéma. On y a récemment répertorié trois habitats d’intérêt faunistique et floristique. La carrière forme un petit bout de territoire rocheux calcaire qui s’apparente aux pelouses calcaires.

La gestion des carrières du Plaid à été confiée au Conservatoire des Espaces Naturels de l’Allier, et un bail emphytéotique de 30 ans a été signé entre la commune et le CEN de l’Allier.